Chaud Change

Chaud Change

Chaud Change est une oeuvre sonore douce, simple de mise en oeuvre, déambulatoire et inscrite dans le paysage.

Cette installation prend forme dans la nature, dans des espaces verts urbanisés ou non, (dans plusieurs quartiers d’une même ville par exemple, le long d’une rue, dans un parc, sur une place, le long de la côte…).

Disposés dans les arbres, en hauteur, de petits modules sonores à panneaux solaires émettent du son dès réception des rayons du soleil. Ils produisent chacun leur son, ce qui crée une polyphonie étalée dans l’espace :
– une partie émet une palette sonore très proche des cigales – des sons « rythmiques » presque entrainants, pas tout à fait naturels, mais qui évoquent la chaleur et le soleil.
– d’autres émettent de temps en temps une harmonie de sons proches d’une clochette ou d’une goutte qui dure, comme de petits signaux d’alerte…

Au premier abord, les cigales rappellent le sud de la France, la chaleur – sauf qu’elles sont entendues dans un lieu où elles ne résident pas d’habitude, suggérant ainsi qu’elles ont migré avec le changement climatique…

Si on porte son attention sur le chant des cigales, on découvre que quelque chose est étrange, est trop musical pour être naturel, sans en être vraiment sûr. Sur un second plan, les gouttes-clochettes, de manière douce et délicate, fonctionnent comme un signal, un appel à l’attention, à la vigilance.

Le doute s’installe donc à trois niveaux : la localisation incongrue des cigales, la réalité de la musique qu’elles produisent, et l’appel des clochettes vers nos oreilles…

Ci-dessous un interview lors du Festival de l’Estran :