Esprit de Sel / CD

Un projet de Hughes Germain sur les marais salants de Guérande.
CD sur le Label Césaré, disponible chez Métamkine.

le CD Esprit de sel a reçu un Qwartz Music Award


Trois pièces constituent le projet Esprit de sel, comme trois regards, trois interprétations de matériaux
sonores recueillis dans un même lieu: les marais salants de Guérande.

Bruit blanc
Pour électroacoustique seule.
C’est une recherche serrée des sons proches d’un bruit blanc sur le territoire des marais
salants de Guérande. La mer en est très proche sans qu’on l’entende jamais, et pourtant
tous les sons semblent s’y rattacher, en provenir.

NaCl
Pièce mixte (instrumental et électroacoustique). Tous les sons sont d’origine instrumentale ; ils
prennent leur source directement dans le paysage sonore en utilisant des données météo
comme système de hauteurs, et en cherchant dans l’imitation du paysage de nouvelles
ressources et modes de jeux instrumentaux.

Set marais
Pièce pour paysage sonore reconstruit, clarinette basse et traitements.

Extrait de presse

… »Esprit de sel » reste une composition à la facture sonore irréprochable et plus qu’originale,
notamment en ce qui concerne son souffle « plein » et magnifiquement rendu des bruits du monde qui trouve,
dans la main artiste de Hughes Germain, une force rare, poétique… In Revue et Corrigée #82

… son merveilleux CD Esprit de sel, juste une pincée, très fin, une fleur légère dont la salinité
tient à l’alchimie entre instruments acoustiques et manipulations de laboratoire. In Drame.org blog de JJ. Birgé

Musiciens
Hughes Germain: Composition, Diffusion, Traitements
Ensemble Sillage, direction artistique Philippe Arri Blachette:
Benjamin Carat: Violoncelle
Olivier Fiard: Percussions
Donatienne Michel-Dansac: Voix
Christophe Rocher: Clarinette basse
Lyonel Schmit: Violon
Enregistré Live à La Carène, Brest, France.

Une coproduction Volume-collectif – Césaré – Drama/Sillages
Projet soutenu par l’Adami, la ville de Brest, le département du Finistère et La Carène.

Contexte

Depuis 1998, Hughes Germain travaille sur le paysage sonore des marais salants de
Guérande. En collectant des sons régulièrement, à différentes périodes de l’année, du jour,
de la nuit, il est arrivé à une compréhension sensible et singulière du lieu dans la durée.
Ce paysage sonore, cadre de la collecte de sons, est significatif d’une vie animale et
végétale mais aussi de l’activité humaine artisanale liée à la récolte du sel.
L’attitude est d’enregistrer ce qui est là sur le moment avec le moins d’action possible, sans
volonté documentaliste ou exhaustive, et d’extraire des données, qu’elles soient
gestuelles, sonores, météorologiques, en excluant l’interview qui fait basculer dans un autre
registre.
Le travail sur les sons vise à les éloigner du directement reconnaissable, en conservant
l’esprit d’un paysage sonore. Il s’agit bien d’être à la limite de l’abstraction, de faire le juste
nécessaire pour que ces sons décollent d’une réalité documentaire, et ne soient pas
l’évocation des marais salants mais l’image d’un processus délicat, toujours différent.